chantons à corps et voix

Connaître son corps pour une bonne liberté vocale

Le chant, le corps et la confiance en soi

Voici un article dans lequel la fondatrice de Chant Attitude Voix explique comment elle a pris conscience du lien corps/voix au fil de sa propre formation.

 

"Le chant fait partie de ma vie depuis mon enfance. J’ai toujours réussi à éprouver du plaisir sans connaître les techniques jusqu’au jour où j’ai ressenti des maux de tête, de la fatigue et des douleurs au niveau du visage et au bas du dos.

Pour moi, ces douleurs s’expliquaient par une longue journée de travail en tant que professeur d'espagnol. Mais, après une longue répétition de chorale, je me sentais vraiment fatiguée : je manquais d’air et la tête me tournait. Quant à mon dos, il m’arrachait un cri de douleur lorsque je m’allongeais en rentrant.

Tout en réfléchissant, je commençais, malgré moi, à faire le lien entre le corps et la voix mais je n’avais aucun élément me permettant de remédier à ce problème.

Il y a quelques années, lorsque j’ai commencé à prendre des cours de chant en particulier, j’ai vraiment conscientisé l’effort physique que je mettais sur une chanson, l’air qui fuyait inutilement, le mauvais accolement des cordes vocales…

Avec Véronique Murillo, nous avons donc travaillé sur la posture (ou plutôt l’alignement dans le jargon du chant) : j’ai donc dû être à l’écoute de mon corps et sentir à quel moment je me sentais droite. Pour cela, il fallait donc recentrer le bassin et la tête pour que le menton soit bien dans le prolongement du buste.

C'est ainsi que j'ai compris l'importance capitale de la posture en chant.

Ensuite, lorsque je chantais, elle pointait du doigt tout ce qui bougeait en moi : les épaules, les sourcils, le cou, le visage et à chaque fois, ces parties du corps trouvait une résistance au moment où elles bougeaient, ce qui m’a permis de conscientiser mes tensions et d’y remédier peu à peu.

J’ai également travaillé mes chansons dans différentes positions, ce qui m’a permis de réaliser  que pour chanter, je n’avais pas besoin d'ajouter de tensions inutiles au niveau des épaules, du bassin et des abdos. Lorsque je rencontrais des problèmes vocaux, je la reprenais en me penchant et j’essayais de retrouver les mêmes sensations en position debout.

De même que, pour ne pas rester centrée uniquement sur le chant qui doit être beau, sans faute, émotif, parfait, j’ai dû travailler en marchant, en bougeant les bras et en cuisinant à la maison, ce qui m’a permis de me libérer et de gagner en qualité : comme le dit Emmanuelle Trinquesse, « le beau est parfois l’ennemi du bon ». Il faut accepter de se laisser aller, de bouger et de libérer tous les sons qui sortent de notre bouche. La liberté corporelle nous donne aussi une grande liberté vocale. Pour travailler, il ne faut pas hésiter à bouger son corps, sa tête et à se sentir libre tout en essayant d’adopter une posture convenable pour chanter.

Ces exercices permettent au corps de se détendre et d'être souple durant nos prestations: que la liberté vocale commence!

Donc, pour être totalement épanouis en chant, il faut accepter de s'observer sans se juger, de sentir ce qui se passe dans le corps et d'avoir confiance en soi: le mental peut être un obstacle à toute libération vocale et corporelle.

 

Même si cet article tient sur quelques lignes, c’est un travail à long terme qui implique une remise en question, une analyse psychologique qui permet de se libérer et de gagner confiance en soi et de connaître son corps et son esprit.

Suite à cette expérience, je suis bien décidée à  accompagner mes élèves sur le chemin de la découverte d’eux-mêmes et de les aider à s’épanouir en chantant: si nous avons une identité en tant que personne, nous avons aussi une identité vocale qui prend appui sur ce que nous sommes en tant qu'être humain.